jeudi 21 septembre 2017              connexion

Toute vidéo peut être redistribuée sans permission (à but non lucratif seulement)

  


Pour  télécharger, cliquez-droit sur ce lien avec votre souris et choisissez "enregistrer la cible sous"

Khosrow (Iran) A un très jeune âge, Khosrow se posait déjà des questions sur la ‘signification de la vie.’ Tout autour de lui soulevait des questions. Pourquoi existe-t-il des fleurs de différentes couleurs?  Qu’y a-t-il au-delà des étoiles? Où allons-nous quand nous mouronsQui sont ‘ces personnes’ à l’intérieur du poste de télévision? Où vont-elles quand on éteint l’appareil? Quand personne ne pouvait répondre à ses nombreuses questions de manière satisfaisante, sa nature sensible s’abandonnait à des sentiments de dépression grandissants.

Un jour, l’adolescent qu’il était devenu est passé devant une église chrétienne assyrienne et a décidé d’enter ; il pensait y trouver des réponses à certaines de ses ‘questions.’ Il n’y a en fait rencontré que quelques dames âgées et un pasteur du même âge qui lui a donné une caisse de livres. Les livres étaient tous en langue farsi, dont un était une version du Nouveau Testament que Khosrow a lu entièrement. Mais cette lecture n’a pas à elle seule permis d’étancher sa soif de réponses. Il lança le livre au travers de la pièce en signe de désespoir. C’est à ce moment-là que la forme d’un homme s’est présentée à lui dans une vision. Cet homme a étendu ses mains en direction de Khosrow et lui a dit: ‘Prends mes mains et tout va définitivement changer.’ Khosrow a saisi les mains de l’homme et comme il le décrit une onde ‘d’électricité’ a traversé tout son corps. Il s’est agenouillé et a commencé à pleurer. Il faisait un tel bruit que ses parents se sont précipités dans la chambre. Ils étaient éberlués devant leur fils qu’ils n’avaient plus vu pleurer depuis de nombreuses années.

La vision de Khosrow n’était pas une invention de son imagination. Il est retourné chez le pasteur assyrien qui lui avait donné les livres et lui a décrit son expérience. Dans les années qui ont suivi, Khosrow a grandi comme disciple du Seigneur, avant de devenir lui-même pasteur. Toutefois, la persécution des chrétiens en Iran l’a obligé de fuir en Turquie avec sa femme et ses deux enfants. Ils n’ont pas été épargnés par les persécutions et les difficultés en Turquie non plus, mais Khosrow et sa famille y ont gagné des âmes au prix de patience et d’amour. Khosrow a établi de nouvelles églises en Turquie, avant que lui et sa famille ne soient obligés de fuir une nouvelle fois. Cette fois, ils ont cherché refuge en Autriche. Ils ont fui la Turquie pour rejoindre la Bosnie, à pied, la nuit et en suivant des sentiers de montagnes truffés de pièges. En traversant un cours d’eau sur un pont de fortune, Joseph, le fils de Khosrow, a perdu pied et est tombé dans l’eau glacée, en emmenant son père dans sa chute.  Le débit du courant était rapide et la rivière profonde. Khosrow se débattait dans l’eau obscure, essayant vainement de retrouver son fils. Entretemps, sa femme avait également sauté dans l’eau pour leur venir en aide, mais menaçait de se noyer. Tout à coup, Khosrow a eu l’impression que quelqu’un déposait Joseph dans ses bras. Il a également eu l’impression que quelqu’un, invisible à ses yeux, l’aidait à se tenir debout dans l’eau profonde et l’aidait ensuite à transporter Joseph sur le bord de la rivière. Tous en sont sortis sains et saufs au prix de beaucoup d’autres épreuves, mais la famille est parvenue à rejoindre l’Autriche et à assurer sa sécurité.

Khosrow compare les mains invisibles qui, cette nuit-là, les ont sauvés, lui et sa famille, aux mains qu’il a vues et senties dans sa vision de Jésus. Il raconte qu’un jour un sceptique lui a posé la question de savoir comment il pouvait être certain que la vision n’était pas le produit de sa propre imagination. Khosrow lui a alors demandé s’il portait des vêtements sur lui. L’homme a été confondu par la question, mais l’analogie était claire. La vision de Khosrow était au moins aussi réelle que cela.

(En Farsi * 29:30 minutes)

             Toute vidéo peut être redistribuée sans permission (à but non lucratif seulement)