jeudi 25 mai 2017              connexion

Toute vidéo peut être redistribuée sans permission (à but non lucratif seulement)


Pour  télécharger, cliquez-droit sur ce lien avec votre souris et choisissez "enregistrer la cible sous"

Dini (Indonésie) Agée de douze ans, Dini était la fille aînée de sa famille et avait toujours été proche de son père. C’est pourquoi lorsque celui-ci est décédé inopinément, Dini a été anéantie. Sa profonde tristesse s’est changée en colère lorsqu’elle a appris que son père avait commis l’adultère avec sa tante et que celle-ci était enceinte. Elle a également appris que sa mère était enceinte de son père. 
Devenue veuve et dans les difficultés, la mère de Dini a décidé de placer ses trois plus jeunes enfants dans un orphelinat. Elle a également dû vendre des objets de valeur qu’elle avait chez elle pour permettre à la famille d’avoir de l’argent et d’acheter de la nourriture. Environ quatre années plus tard, un parent de Dini lui a annoncé que sa mère se préparait au remariage. Cette nouvelle à fait très mal à Dini; elle ne comprenait pas pourquoi sa mère ne lui en avait pas parlé. Elle avait le sentiment de ne plus pouvoir compter sur quelqu’un; son père l’avait déçu, avant que sa mère n’en fasse autant.
A l’école, Dini a commencé à s’associer aux troublions avant de traverser une période de rébellion. Elle faisait l’école buissonnière, ne mettait pas l’uniforme de l’école et cherchait à se battre. Lorsque plusieurs de ces amis ont rencontré de sérieux problèmes, Dini a commencé à se poser des questions: ‘De quoi suis-je à la recherche ? Les règles religieuses ne me rendent pas heureuse. Mais je n’aspire pas non plus à une vie de liberté sans les règles de la religion.’
Le mois du Ramadan est arrivé et Dini s’est engagée avec diligence dans les pratiques religieuses du jeûne et de la prière. Un soir, pendant le Ramadan, elle a décidé de faire la prière du ‘tahajud’. Cette prière ne fait pas partie des cinq prières quotidiennes obligatoires.  Elle est faite à minuit et sa particularité, c’est qu’elle inclut des demandes spécifiques de signes à Dieu. Dini a préparé son réveil et s’est réveillée pour prier. Lorsqu’elle décrit la situation, elle dit: ‘Ma foi était si forte que je savais que quel que soit ce que je demanderais à Dieu cette nuit-là, Il m’écouterait et me répondrait.’ A la fin de la prière, qu’elle avait mémorisée, elle a élevé la voix vers Dieu et dit: ‘Dieu, je suis confuse. Je ne sais pas du tout comment faire pour être acceptée par toi.’ Elle a poursuivi en disant : ‘Dieu, si tu souhaites que je vive une vie selon tes exigences, montre-moi ce soir le chemin à suivre. Dieu, si tu ne m’indiques pas ce chemin, laisse-moi vivre ma vie comme je le veux. Je ne me soucierai alors plus des règles imposées par la religion. Et si je meurs, ne m’envoie pas en enfer. Je ne savais pas ce qui était droit ! Ce ne serait pas juste de ta part de m’envoyer en enfer, Dieu. Tu ne m’as jamais montré le droit chemin. Ce que je veux, Dieu, c’est que tu me montres le chemin à suivre ce soir. Je vivrai ma vie comme tu le détermineras.’
Une lumière brillante est alors apparue et elle a vu un personnage debout devant elle. L’homme était vêtu d’une tunique blanche mais elle ne distinguait pas son visage clairement. Sans en connaître la raison, elle a compris que le personnage était Isa. Il lui a dit: ‘Suis-moi’. Elle était confuse et a répondu: ‘Seigneur, je suis musulmane. Comment puis-je te suivre?’ Elle a posé plusieurs autres questions, se demandant comment elle pouvait suivre le Dieu des chrétiens. Elle a entendu une autre voix lui dire: ‘Il est impossible que tu le suives. Oublie ta prière! Oublie cette intention de mener une vie droite!’ Lorsqu’elle a regardé l’homme en blanc, elle s’est sentie calme et paisible. Jésus a poursuivi en disant: ‘Suis-moi’, et Il lui a tendu la main. Dini était perplexe, mais a fini par dire: ‘Dieu, si c’est le chemin de la vérité, d’accord. Je veux te suivre.’ Dès le moment où elle a prononcé ces paroles, c’est comme si de la glace avait été déversée sur sa poitrine. Et en même temps, elle a ressenti une paix qu’elle n’avait jamais expérimentée auparavant. Elle décrit cette expérience en disant: ‘J’ai ressenti quelque chose d’extraordinaire dans mon cœur.” 
Dès le jour où elle est devenue chrétienne, sa famille a commencé à la persécuter. Elle avait à peine 17 ans quand les membres de sa famille l’ont obligée à quitter la maison. Elle est entrée à l’internat d’une école et subvenait à ses propres besoins en travaillant ici et là à temps partiel. Elle a également cherché à se réconcilier avec les membres de sa famille. Tout en montrant du respect envers les traditions javanaises, elle n’a pas compromis son ferme engagement de suivre Christ. L’épreuve la plus difficile pour elle a été de pardonner à son père décédé et d’accepter son demi-frère, fils illégitime de sa tante. Lorsque sa mère n’a plus été capable de s’occuper de lui, Dini a adopté son demi-frère comme son propre fils. 
Elle continue à témoigner au travers de sa vie qu’elle ‘peut tout par Celui qui la fortifie.’

 

             Toute vidéo peut être redistribuée sans permission (à but non lucratif seulement)